Argument ad hominem tu quoque

Classé dans : Non classé | 0

Annonces publicitaires :

Un argument ad hominem tu quoque vise à discréditer un argument en s’attaquant non pas à l’argument en question mais à la personne émettant cet argument. De manière spécifique ce sophisme met en avant une incompatibilité entre l’argument émis et les actions passées de la personne.

Voici un exemple d’argument ad hominem tu quoque :

Julie explique que la terre tourne autour du soleil puisque le soleil se lève toujours à l’ouest et se couche toujours à l’est. Patrick réponds que, étant donné que Julie inversait l’est et l’ouest quelques minutes auparavant, elle a tort.

 

Reconnaître un argument ad hominem tu quoque

Ce type de sophisme se reconnait par la volonté de mettre en avant une incohérence entre les actions et les dires d’une personne. Dans l’exemple donné, le fait que Julie se soit trompé entre l’est et l’ouest il y a quelques minutes est peut-être une simple erreur d’inattention, ce qui n’as rien à voir avec la rotation de la terre autour du soleil.

Comme tous les sophismes de type ad hominem il y a la volonté de discréditer un argument sans en tenir compte. Souvent un argument ad hominem tu quoque a un lien indirect avec le fond de l’argumentaire (l’est et l’ouest) et surtout avec les prémisses plutôt que la conclusion.

C’est un sophisme très courant et qui peux être sournois et déstabilisant. Il faut y prêter attention et bien réfléchir au lien entre l’argumentaire et la réponse. Si le lien de cause à effet entre la réponse et l’argumentaire est distant ou inexistant, et qu’il attaque les actions de la personne émettant l’argumentaire, alors il y a de fortes chances pour qu’il s’agisse d’un argument ad hominem tu quoque.

 

Utilisation légitime de l’argument ad hominem tu quoque

Comme tous les sophismes l’argument ad hominem tu quoque n’as pas sa place dans un débat logique. En revanche il révèle un point important et qui est souvent utilisé pour mettre à mal une réputation : l’hypocrisie. Certains argumentaires sont ainsi confectionnées purement de manière stratégique et sans réelle conviction.

Cependant cela ne veut pas dire que le raisonnement est faux. Le raisonnement peut être tout à fait logique, tout en étant émis par une personne de mauvaise foi. Ce n’est donc pas une raison pour ne pas écouter le raisonnement, mais on peut émettre l’hypothèse que cet argument a été confectionné à des fins de manipulation plutôt que par des convictions personnelles fortes.

Dans l’exemple Patrick pourrait par exemple questionner l’explication de Julie par rapport à ses motivations. Elle veut peut-être remporter un pari et fabrique son raisonnement de toutes pièces pour expliquer l’alternance entre le jour et la nuit sans se soucier de la justesse de ses arguments. Libre à Julie d’expliquer pourquoi, selon elle, la terre tourne autour du soleil, etc.

 

Variantes de ce sophisme

L’argument ad hominem tu quoque se rapproche de plusieurs autres sophismes que voici.

L’argument ad hominem : c’est une tentative de décrédibilisation d’un argumentaire en s’attaquant à l’émetteur, sans forcément être en rapport avec les actions passées de cette personne. Cela peut-être une attaque visant ses compétences, sa couleur de peau, ou même ses convictions actuelles.

L’appel à l’autorité lien tk : ce sophisme remet en question l’autorité de la personne formulant l’argumentaire, en se basant sur son autorité (ou l’absence d’autorité) pour conclure que l’argumentaire est fausse.

L’appel au ridicule lien tk : l’appel au ridicule vise à ridiculiser un argument, soit en le caricaturant, soit en caricaturant la personne émettant cet argument, pour conclure que le raisonnement est donc illogique et faux.


Annonces publicitaires :